Détoxifier votre relation – Nouvelles découvertes sur le narcissisme caché et la satisfaction des gens

Faites-vous partie de ces personnes qui se sont retrouvées prises dans une relation toxique ? Le drame est-il hors de contrôle ? Vous êtes d’humeur sombre ? Êtes-vous incapable de vous retenir de piquer des crises de colère, de dévaloriser continuellement votre partenaire et de le convaincre qu’il a besoin d’une thérapie – ou êtes-vous de l’autre côté de cette même médaille ? Vous sentez-vous maltraité par une personne qui vous aime sincèrement, parce que : “tu ne te ressaisis pas” ? Votre relation est-elle entrée dans une phase persistante d’absence de sexe ? Ou bien est-ce à un stade plus précoce, où vous vous rendez compte que l’intimité a manqué dans votre vie ?

Si vous vous sentez ainsi, rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul. Le monde entier souffre de cette condition, elle est systémique. Le narcissisme et le codépendant complémentaire, qui est récemment entré dans le manuel de psychologie clinique sous le nom de “people pleaser”, ne se trouvent pas seulement dans les dernières unités familiales de base qui se désagrègent dans les banlieues, cette condition a depuis longtemps quitté le foyer et conquis la politique, les hiérarchies d’entreprise et l’armée. Les abus sont partout. Ce qu’il y a de bien avec la banlieue, c’est que dans le noyau familial restant, il devient possible de dépeindre le mécanisme, et tel qu’il apparaît, il n’est pas seulement systémique, il est universel.

Faisons un zoom avant, étape par étape. La vie donne parfois l’impression d’être perdue dans une armoire à glace. Et voici pourquoi : tout d’abord, lorsque nous sommes identifiés à notre conscience du jour, nous sommes comme les personnages d’un livre. Il y a un méchant, une victime et celui qui vient à la rescousse : ils font tous ce qu’ils font parce que la perception qu’ils ont d’eux-mêmes est limitée, divisée en conscient et subconscient, et que leurs qualités sont agencées de façon complémentaire de telle sorte que le triangle dramatique se perpétue à jamais. Lorsque nous essayons de nous guérir du traumatisme que nous nous sommes infligés en dansant dans le triangle du drame, nous refaisons subir ces événements traumatiques aux autres. C’est élémentaire. Nous le faisons au prix d’un mauvais karma. Nous le faisons jusqu’à ce que nous ayons appris notre leçon et réalisé comment ces trois paires de personnages complémentaires se sentent lorsqu’elles interagissent, jusqu’à ce que nous ayons tout appris sur chaque perspective de chaque interaction. C’est à ce moment-là que les deux côtés complémentaires des trois pièces de monnaie se rejoignent, et la prise de conscience nous permet de revenir à la position d’auteur du roman de notre vie, à la maison dans la conscience de l’unité.

Si la vie pouvait être aussi simple que cela, nous l’aurions déjà découvert, et toute l’expérience de la dualité se serait terminée il y a longtemps, dans un grand éclat de rire.

Par conséquent, celui qui a créé cet endroit a installé un deuxième jeu de miroirs, qui ont été conçus pour désorienter les gens afin de prolonger le jeu. Ces miroirs nous permettent de projeter tout ce qui est subconscient en nous sur les actions de nos homologues. Trop de théorie ici ? Prenons un exemple. L’un des outils favoris du narcissique est l’éclairage gazeux, c’est-à-dire qu’il fait croire à sa victime qu’elle est malade et qu’elle a besoin d’aide. Le narcologue ne se rendra pas compte qu’il joue ici un rôle de persécuteur, car selon lui, sa victime a vraiment besoin d’aide. Lorsque la victime se réveillera enfin pour dénoncer le comportement narcissique du narcologue, celui-ci lui rétorquera : “Arrêtez de m’éclairer avec des lampes à gaz ! C’est de la projection. Ce n’est pas du sarcasme. Ces types croient ce qu’ils disent.

C’est pourquoi on a l’impression d’être perdu dans une armoire à glace, parce qu’il y a tellement de miroirs qui nous reflètent dans les deux sens. Ces miroirs sont utilisés pour nous guider dans l’illusion de la séparation, nous garder dans le jeu pour nous enseigner toutes les différentes perspectives qui peuvent être prises, et nous donner la chance unique de faire l’expérience de nous-mêmes dans un cadre limité. C’est comme le roi sage et bienveillant qui demande à son magicien de lui faire oublier qui il est pendant un an, car il veut faire l’expérience de lui-même comme mendiant, pour devenir un meilleur roi.

La psychologie clinique a renoncé à soigner le narcissisme. Cependant, certaines recherches, issues plutôt de la tradition chamanique, ont trouvé des moyens de sortir de cette armoire à glace. Le chamanisme et la psychologie clinique sont en quelque sorte complémentaires. L’une se dit scientifique et bannit toute forme de subjectivité, se base uniquement sur des données, et l’autre est l’art de la perception subjective en soi. Il n’est pas surprenant que la tentative de fusionner les deux concepts ait donné lieu à des résultats fructueux, et que nous disposions enfin d’un protocole pour guérir le narcissisme.

Pour vous donner un avant-goût : que diriez-vous d’une réinterprétation de la structure freudienne du moi/surmoi qui permet de fusionner le modèle freudien avec le triangle du drame et d’individualiser les positions dans toute la mesure du possible ? Si vous voulez vous y plonger, l’article est trop long pour cet espace ici, mais vous pouvez choisir de suivre le lapin blanc dans le terrier du lapin.